Les Rites de la Omra

 Pour le grand, comme pour le petit pèlerinage, ne partez jamais sans être préparés, physiquement comme spirituellement. Le rituel est en effet précis et il est indispensable d’en connaître les moindres détails. Voilà pourquoi nous avons choisi de vous en transmettre l’essentiel.

PREMIÈRE ÉTAPE : LA SACRALISATION (IHRAM)

Le petit pèlerinage (omra) commence par la sacralisation (ihram). Le pèlerin se lave le corps, effectue ses grandes ablutions (ghusl), s’épile les aisselles et le pubis, se coupe les ongles, taille sa moustache pour les hommes et se parfume avec un parfum sans alcool.

Une fois le lavage du corps achevé, le pèlerin revêt l’ihram, vêtement composé de deux grandes pièces de tissu blanc :

– l’izar couvre le bas du corps et ressemble à un pagne,
– et le rida couvre le haut du corps.
Aux pieds, le pèlerin chaussera des sandales.

Puis, ce sera direction La Mecque, mais avant le pèlerin passera obligatoirement par le miqat, sorte de porte d’entrée symbolique sur le territoire sacré. Il en existe six, dépendant de l’origine des pèlerins :

Zul-Hulayfa (aussi appelé Abyar Ali) : point d’entrée des pèlerins venant de Médine.

– Juhfa : point d’entrée des pèlerins venant de Syrie.
Qamu’-al-Manazil : point d’entrée des pèlerins venant du Najd.
Yulamlam : point d’entrée des pèlerins venant du Yémen.
Dhatu ‘Irq : point d’entrée des pèlerins venant d’Irak.
Ibrahim Mursia : point d’entrée des pèlerins venant de l’Océan Indien.

Arrivé au miqat donc, le pèlerin peut faire une prière surérogatoire, puis formule son intention d’effectuer un petit pèlerinage. Debout, se tournant vers la qibla, il dit : « Labbayka allahoumma omra » et peut ajouter : « Allahomma hadihi omratan la ryaa fiha wa la soum’a » (« Seigneur, j’accours à Ton appel pour accomplir une omra sans ostention ni recherche de réputation »).

Le pèlerin est dès lors en état de sacralisation. A partir de ce moment-là, il lui est interdit de :

– se raser ou se couper les cheveux
– se couper les ongles
– se parfumer
– se marier
– avoir des relations sexuelles
– abattre du gibier
– pour les hommes, de porter chapeau, casquette ou toute chose en contact directe avec la tête.
– toujours pour les hommes, de porter des vêtements cousus (pantalons, chemises, etc.)

Sur le chemin vers La Mecque, le pèlerin répète la talbiya à haute voix : « Labbayka allahoumma labbayk. Labbayka la charika laka labbayk. Inna lhamda, wanni’mata, laka wal-moulk, la charika lak » (« Seigneur, je réponds à Ton appel ô Allah ! Je réponds à Ton appel. Tu n’as pas d’associé. La louange et le bienfait T’appartiennent, ainsi que la royauté. Tu n’as pas d’associé »).

DEUXIÈME ÉTAPE : LES CIRCUMAMBULATIONS AUTOUR DE LA KAABA (TAWAF)

Arrivé à La Mecque, le pèlerin arrête la talbiya, fait à nouveau ses grandes ablutions (ghusl), se rend à la Mosquée sacrée (haram) et prononce l’invocation : « Allahomma salli ‘ala Muhammad. Allahomma ftah li abwaba rahmatik ».

Quand il aperçoit la Kaaba, il dit : « Allahomma anta assalam wa minka assalam fa ahyina rabbana bissalam ».

Ensuite le pèlerin tournera sept fois autour de la Kaaba, épaule droite dénudée, en commençant à hauteur de la Pierre noire, et en levant la main droite pour dire : « Bismillah Allahou akbar, wa lillahi alhamd ». À chaque fois qu’il passera devant la Pierre noire, il répétera cette invocation. Et entre les deux, il dira : « Rabbana atina fi ddounia hassana wa fil akhirati hassana, wa qina adhaba annar ». Les premiers tours seront effectués en accélérant quelque peu le pas.

Une fois les circumambulations achevées, le pèlerin se place derrière la station d’Ibrahim (maqam Ibrahim), pierre qui a servi au Prophète pour achever la construction de la Kaaba, se recouvre l’épaule et lit le verset coranique : « wa ttakhidou min maqami Ibrahima moussalla ».

Puis il prie deux unités de prières (rakaates) durant lesquelles il lira respectivement la sourate 109 et le sourate 110, boit une peu d’eau de Zamzam et peut même s’en mettre sur la tête,et adresse un signe de la main en direction de la Pierre noire en disant : « Bismillah Allahou akbar ».

TROISIÈME ÉTAPE : LE PARCOURS ENTRE SAFA ET MARWA (SAAYI)

Après le tawaf, vient le parcours entre les monts de Safa et Marwa. Sept allers et retours durant lesquels le pèlerin invoque Dieu. Et à la fin de chaque parcours, le pèlerin récite le verset coranique 158, tiré de la sourate La Vache (Al Baqara) : « Assafa et Almarwa sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah. Donc quiconque fait le pèlerinage à la Maison ou fait la Omra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient ».

FIN DU PETIT PELERINAGE (OMRA)

Le parcours entre Safa et Marwa terminé, le pèlerin peut enfin se couper les cheveux et sortir de son état de sacralisation. Il a achevé son petit pèlerinage (omra).